Notre objectif premier avec ce voyage en Sibérie était de découvrir la beauté du Lac Baïkal en plein hiver. Mais avant de faire nos premiers pas sur ce lac entièrement gelé en cette fin février, il nous aura fallu faire preuve de patience pour parcourir les 6 587 km qui séparent la ville d’Irkoutsk de Paris.

 

Point de départ à Irkoutsk, capitale de l’oblast d’Irkoutsk

Après plus de 10 heures passées dans les airs, nous voilà enfin arrivées à Irkoutsk. On vous épargne les contrôles de sécurité à Moscou où vous êtes littéralement dévisagé à plusieurs reprises…

Une fois à l’aéroport d’Irkoutsk, il vous faudra encore patienter pour récupérer vos bagages. Ici, ça fonctionne comme ça ; on attend qu’un agent de l’aéroport veuille bien ouvrir la salle où se trouve le tapis roulant à bagages. Et pour éviter tout vol et surtout sortir de cette angoissante pièce sans problème, il faut lui remettre en main propre le ticket d’enregistrement de bagage. Gare à vous si vous l’avez égaré !

La suite est toute aussi réjouissante et dépaysante avec les… taxis ! Si vous vous sentez l’âme d’un aventurier, vous pouvez toujours tenter de prendre un bus (qui s’apparente plus ici à des mini vans) afin de rejoindre votre hébergement. Mais attention, les Russes sont plutôt froids et ne font aucun effort pour parler anglais. Il faudra donc vous débrouiller tout seul. Autrement, il y a la solution taxi mais attention aux taxis clandestins qui viennent directement vous chercher dans l’aéroport.

Une fois en route pour l’hôtel, nous découvrons une ville qui semble s’être figée dans le passé, avec de très anciennes voitures, de vieux tramways et des immeubles datant de l’époque soviétique. Retour dans le passé également en matière de conscience environnementale. Nous sommes frappées par la pollution que crachent les nombreuses cheminées disséminées aux quatre coins de la ville.

Mais on vous rassure, Irkoutsk regorge tout de même de plusieurs petits bijoux comme ces nombreuses églises orthodoxes très colorées. A voir ? La Cathédrale orthodoxe de l’Épiphanie. Construite en 1918 et située rue Souke-Batora, sur le quai de l’Angara, il s’agit du deuxième plus ancien bâtiment en pierre de la capitale de Sibérie orientale. Il y a aussi l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, également dite l’église polonaise, ou encore l’impressionnante et très belle Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan, édifiée en 1892. Nichée dans le quartier artisanal d’Irkoutsk, cette église interpelle par ses couleurs vives, à la fois rouge et bleue.

Irkoutsk4

eglise1 voyage en sibérie

eglise2

Autre belle particularité d’Irkoutsk ? Les maisons en bois, très typiques de la ville et des environs de la Sibérie, caractérisées par de magnifiques ornements décoratifs. Toutes les couleurs y passent mais bien souvent, les volets sculptés sont peints en bleu et vert. Pour apercevoir ces maisons typiques, on vous conseille de vous rendre dans le centre – mais il y en a réellement partout.

irkoutsk voyage en sibérie

Irkoutsk1

Autres sites à voir ? Le Musée des Décembristes ou bien les nombreuses statues qui ornent la ville à l’instar de l’imposante statue érigée en 1908, en l’honneur d’Alexandre III, empereur à l’origine de la construction du Transsibérien. Il y a aussi celle en bronze du cosaque Yakov Pokhabov située juste à l’endroit de la construction du premier fortin (1661) sur la rive droite de l’Angara, en face de l’embouchure de la rivière Irkout. A l’entrée du Quartier 130 Kvartal, nouveau quartier moderne, très plébiscité par les jeunes, se trouve aussi une impressionnante sculpture symbolisant la ville d’Irkoutsk. Elle représente un tigre prenant dans sa gueule un animal mi-zibeline mi-castor.

Alexandre3

Pour vous restaurer, rien d’exceptionnel mais vous aurez tout de même le choix. On vous le dit de suite, on ne gardera pas un grand souvenir de la nourriture en Sibérie. Les dumplings et le Bortsch auront été les seuls plats à satisfaire notre faim pendant ces 10 jours.

Pour le logement, on a joué la carte de la simplicité avec l’hôtel Ibis Irkutsk center, un peu éloigné du centre, mais tout à fait correct.

Excursion à Arhsan, le cœur du chamanisme en Sibérie

Pour notre première excursion hors de Irkoutsk, nous choisissons de nous évader à Arshan, une petite ville située en pleine République de Bouriatie. Cette région de la Sibérie est bien particulière. Avec pour capitale Oulan-Oudé, la Bouriatie compte à ce jour plus de 100 nationalités et groupes ethniques différents, parmi lesquels des Russes, des Bouriates mais aussi des Ukrainiens ou encore des Biélorusses. Mais les Bouriates sont à l’origine nés d’un brassage entre populations chamanistes indigènes et nomades mongols aux IXe et Xe siècles. Les Bouriates ont d’ailleurs développé une culture propre et une version teintée de chamanisme et du bouddhisme tibétain.

arshan7 voyage en sibérie

Interdit du temps de l’URSS, le chamanisme connaît aujourd’hui un regain d’intérêt de la part de nombreux occidentaux en quête de spiritualité. La Bouriatie est ainsi devenue une étape incontournable pour de nombreux adeptes et touristes.  Nous étions bien évidemment intriguées par le chamanisme mais l’objectif de notre voyage étant ailleurs : nous voulions avant tout découvrir la nature qui borde cette très belle région montagneuse.

Arshan2

arshan8

Nous avons donc fait appel à Baikal Vision pour une excursion d’une journée. Au programme ? Une belle balade d’environ 1 heure pour arriver à la fameuse cascade gelée de Tunkinsky, un détour par le marché local où vous trouverez tout un tas de produits artisanaux de Bouriatie. N’oubliez pas non plus de vous munir d’une bouteille vide ou d’une gourde pour tester la fameuse eau minérale d’Arshan, célèbre pour ses bienfaits dans le traitement des maladies digestives, maladies de peau et des nerfs. Nous avons d’ailleurs croisé ce matin-là de nombreux locaux venus remplir leurs bouteilles. Pour les amateurs de sources d’eau chaudes, vous trouverez aussi à Arshan plusieurs endroits où  faire trempette si le cœur vous en dit, été comme hiver !

Arshan3

Le midi, pause déjeuner pour déguster… des dumplings bien sûr ! Après cette petite halte bien sympathique en compagnie de locaux, on reprend la route pour se rendre au Datsan (temple) Bouddhiste Hoymorsky. Pendant notre visite, le moine était en pleine séance d’écriture et de prières. Petit conseil pour éviter de nuire à leurs rites : à l’intérieur du temple, il faut se déplacer dans le sens des aiguilles d’une montre. Il est aussi interdit de prendre des photos sans autorisation, et mieux vaut éviter de parler fort. Il est également interdit d’entrer en short ou avec un chapeau sur la tête.

arshan6

Sur notre route, les traces du chamanisme et de la religion bouddhiste sont souvent perceptibles; nous croisons notamment de nombreux rubans enroulés autour des arbres. Multicolores, chaque ruban a sa signification : le bleu pour l’espace, le blanc pour l’air, le rouge pour le feu, le vert pour l’eau et le jaune ou orange pour la terre.

arshan4

arshan5 chamanisme voyage en sibérie

Retour à notre hôtel après cette journée remplie d’émotions et de belles découvertes. Nous nous préparons, à présent, à vivre encore d’incroyables aventures, sur le Lac Baïkal.